Acheter une maison est probablement l’achat le plus important que vous ferez dans votre vie. Mais il existe des façons de réduire le stress.

Par Mark Weisleder, collaboration spéciale au Toronto Star

Acheter sa première maison peut constituer l’une des expériences les plus stressantes pour n’importe qui, que vous soyez célibataire, en couple ou en famille.

Il est très probable que ce soit le plus gros contrat que vous aurez signé jusqu’ici, avec les obligations financières qui en découlent, ces dernières pouvant durer de nombreuses années. Il s’agit également de trouver le bon endroit pour y créer des souvenirs durables. Être adéquatement préparé à ce processus peut vous éviter de commettre une erreur qui pourrait vous coûter cher.

Pour les acheteurs, voici les cinq points à prendre en considération lorsque vous achetez votre première maison :

1. Que puis-je me permettre?

Commencez tout d’abord par vérifier votre cote de solvabilité, car c’est ce que le prêteur étudiera. Si vous pouvez augmenter votre cote de crédit en premier lieu en soldant ou en annulant vos cartes de crédit, faites-le. Consultez un courtier en hypothèques professionnel pour être certain de savoir ce que vous pouvez vous permettre tout en restant à l’aise, selon vos revenus.

En règle générale, 30 pour cent de vos revenus bruts mensuels devraient couvrir votre prêt hypothécaire, assurances et impôts. Ne participez à aucune guerre de prix si cela signifie aller au-delà de ce que vous pouvez vous permettre sans être pris à la gorge.

Si vous louez un logement à 1 500 $ par mois et vous prévoyez qu’un remboursement de prêt hypothécaire pour une maison vous en coûterait 2 000 $, commencez alors à économiser 500 $ par mois pour vous assurer de pouvoir assumer une maison, ainsi que les autres dépenses de la vie quotidienne. Si vous avez besoin de revenus locatifs de votre sous-sol pour vos remboursements, assurez-vous de le faire en toute légalité.

Vous devriez également vous engager à vivre dans votre maison pour au moins quelques années.

2. Filtrez vos priorités

Qu’est-ce qui est le plus important pour vous lorsque vous achetez une première maison? Est-ce la taille de la maison ou le quartier? Un appartement en copropriété plus proche de votre lieu de travail peut être préférable à une maison plus grande mais plus éloignée. À quelle distance se trouvent les écoles, les lieux de divertissement, les garderies? Souhaitez-vous être à proximité d’un parc ou d’une centrale?

La plupart de ces recherches peuvent être effectuées sur Internet au préalable. Baladez-vous dans les quartiers qui vous intéressent et discutez avec les gens du coin. Rendez-vous à la mairie pour voir si des travaux de développement sont prévus dans le quartier. (Cela pourrait signifier plus de circulation.)

3. Faites réaliser une inspection détaillée de la maison

genworth_homeownership_postimage__0036_Layer 5

L’inspection de la maison est une étape critique du processus, alors renseignez-vous. Cherchez à obtenir des recommandations de sociétés d’inspection immobilière et téléphonez aux acheteurs qui ont fait appel à leurs services dans le passé. Il existe aujourd’hui des inspections spéciales que vous pouvez payer pour vérifier la moisissure, les termites, des inspections par caméra vidéo pour le réseau d’évacuation et même des scanneurs infrarouges pouvant vérifier si l’isolation est suffisante ou s’il y a de la moisissure ou peut-être même des problèmes électriques dissimulés derrière les murs. Cela peut engendrer plus de frais mais permettra de faire face à moins de problèmes après la date de transfert de la propriété.

4. Posez des questions difficiles au vendeur

Demandez aux vendeurs ou leur agent immobilier s’ils ont déjà eu des problèmes d’inondation dans leur sous-sol ou de la moisissure ou des fuites dans le toit, même si les fuites ont été réparées. Renseignez-vous sur les aspects négatifs du quartier. Demandez si les propriétaires ont fait des déclarations de sinistre depuis leur acquisition de la maison. Écoutez bien les réponses. La plupart des vendeurs refusent aujourd’hui de signer une déclaration de divulgation de l’état de la propriété, mais ils se doivent de répondre honnêtement à ces questions si vous les posez directement. Si le vendeur refuse de répondre ou agit de manière suspecte, vous devez en parler à votre inspecteur et votre agent immobilier pour modifier votre offre d’achat ou vous retirer.

5. Achetez des garanties après-vente

Il existe aujourd’hui de nombreux produits disponibles pour les acheteurs qui procureront une protection sous forme de garantie après-vente pour votre maison sur le chauffage, l’air climatisé, l’installation électrique, la plomberie et les gros électroménagers. La plupart des vendeurs ne garantiront rien après la clôture. Vérifiez et renseignez-vous sur les exclusions et les franchises associées à chaque police d’assurance car beaucoup d’entre elles sont différentes. Cela pourrait vous épargner des frais de réparation élevés après le transfert de la propriété.

En suivant ces conseils, vous devriez être mieux protégé lorsque vous achetez une maison.

Mark Weisleder est un avocat spécialisé en immobilier à Toronto.

Publié d’abord dans le  Toronto Star ] le 18 juin 2012.

Article associé :

Pourquoi devrai-je songer à l’accession à la propriété?

Réalisez plus tôt votre rêve d'accession à la propriété