L’experte financière offre des conseils sur l’établissement d’un budget en vue d’accéder à la propriété

Jennifer Wilson, Toronto Star

L’accession à la propriété est une entreprise stressante. Les recherches parfois infructueuses de l’espace idéal, les efforts continus pour rester à jour avec les nombreuses réparations et les factures qui semblent arriver sans répit : – hypothèques, assurances, taxes, services publics, frais de réparation et autres, peuvent miner sérieusement vos finances et vos relations personnelles.

Une planification adéquate peut faire en sorte que votre nouvelle maison ne soit pas perçue comme un fardeau, affirme Gail Vaz-Oxlade, experte financière, qui aide les couples à gérer leurs finances à l’émission ‘Till Death Do Us Part sur la chaîne HGTV Till Debt Do Us Part. « Afin que vous ne viviez pas l’accession à la propriété comme un choc, calculez ce qu’il en coûte de posséder une nouvelle demeure et pratiquez vivre avec un revenu donné. »

Par exemple, si tous les coûts associés à une maison, notamment les taxes, les assurances et les services publics, s’élèvent à 2 300 $ par mois et que vous payez actuellement 1 200 $ en loyer, Mme Vaz-Oxlade suggère de verser la différence, soit 1 100 $, dans un compte d’épargne pour accroître votre mise de fonds.

C’est aussi le temps de faire des choix difficiles. Elle demande : « Voulez-vous vraiment amasser une mise de fonds sur une maison ou bien sortir souper trois fois par semaine? » Elle suggère de couper dans les dépenses non essentielles, comme les abonnements au câble et à des magazines, de trouver des formes de divertissement plus abordables et de prendre les dispositions pour qu’un montant soit versé chaque mois à votre compte de mise de fonds par prélèvement automatique.

En plus d’étoffer votre mise de fonds, vous apprenez durant cette période à vivre avec un revenu personnel moins disponible.

« Si vous pratiquez ces mesures pendant six mois environ, vous découvrirez si ce mode de vie vous convient », affirme-t-elle. « Si ce mode de vie n’est pas fait pour vous, peut-être devriez-vous acheter une plus petite maison, à un autre endroit ou encore, ne pas acheter de maison. »

Financially Fit

Alors que l’emphase est mise sur l’achat d’une propriété comme façon d’accumuler une valeur nette, elle fait remarquer que les comptes d’investissement représentent également une excellente option pour épargner.

« Il n’y a rien de mal à louer un logis », assure-t-elle. Pour certaines personnes, il peut être plus avantageux de louer. Certains styles de vie sont bien plus favorables à la location. (Si vous achetez), il se pourrait que vous ne puissiez pas vous permettre le style de vie que vous désirez.

Pour les personnes qui décident d’acheter, après plusieurs mois de pratique et d’épargne de la mise de fonds, Mme Vaz-Oxlade précise qu’il importe de tenir compte de ses besoins réels.

« N’achetez pas une maison trop grande pour vos besoins ou votre bonheur », déclare-t-elle, faisant remarquer que parfois on « attache trop d’importance à des planchers de bois franc ou des salles de bains luxueuses, mais qu’en réalité, on vit dans une maison, pas une maison modèle. »

Ces besoins comprennent aussi ce que vous pouvez vous permettre, comme miser sur la flexibilité des paiements hypothécaires, car les mensualités vont sûrement augmenter lors du renouvellement de l’hypothèque.

« Si vous achetez (ou entretenez) une maison dépassant vos moyens financiers, c’est de la folie », lance-t-elle sans détours.

Publié dans le Toronto Star le 16 avril 2011.

Votre situation financière est-elle saine? Servez-vous de cet outil

Réalisez plus tôt votre rêve d'accession à la propriété