Éviter les erreurs courantes lors de l’achat d’une maison peut faciliter grandement votre transition au Canada

Par Jennifer Goldberg

Lorsque Charles Waterman a finalement pu acheter sa première maison au Canada, il était ravi. « C’était un sentiment de réussite et de satisfaction, explique le Barbadien d’origine. J’étais très fier de vivre parmi les autres propriétaires de Toronto. »

Maintenant agent immobilier de Royal LePage, monsieur Waterman aide d’autres nouveaux arrivants au Canada à accéder à la propriété. Dans son domaine, il a vu des immigrants refaire les mêmes erreurs en cherchant leur première propriété. Voici ses conseils pour éviter les erreurs courantes que font les nouveaux Canadiens lorsqu’ils abordent le marché de l’immobilier.

Se fier à des renseignements périmés

C’est une excellente idée de demander à sa famille et ses amis vivant au Canada des conseils sur le processus d’achat de maison, mais il faut garder à l’esprit que leurs connaissances peuvent dater de quelques années. « Plusieurs nouveaux acheteurs de maison canadiens se fient aux renseignements reçus de leur famille et de leurs amis vivant ici depuis un certain temps, plutôt qu’à des informations actuelles, poursuit Charles Waterman. Il y a plusieurs années, les nouveaux immigrants devaient faire une mise de fonds de 35 pour cent sur une maison, mais l’assurance prêt hypothécaire actuelle permet aux nouveaux Canadiens de faire une mise de fonds d’aussi peu que 5 pour cent. »

Familiarisez-vous avec le règlement actuel sur les hypothèques en communiquant avec un spécialiste local en prêts hypothécaires avant de commencer votre recherche de maison. Le site Web du ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration du Canada est aussi une excellente source de renseignements à jour pour les nouveaux acheteurs de maison.

Négliger les avantages offerts aux nouveaux acheteurs de maison canadiens

Plusieurs programmes d’aide sont offerts aux nouveaux acheteurs de maison canadiens. Par exemple, le nouveau Régime d’accession à la propriété du gouvernement fédéral permet aux débutants de retirer jusqu’à 25 000 $ par année d’un Régime enregistré d’épargne-retraite (REER) pour l’affecter à l’achat d’une maison. « Un nouvel acheteur de maison canadien peut déposer des fonds dans un REER durant 90 jours avant d’acheter une maison et en retirer un crédit d’impôt », ajoute monsieur Waterman.

Les nouveaux arrivants peuvent aussi être admissibles au Crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation, ainsi qu’à d’autres programmes d’aide qui facilitent l’accession à la propriété.

Croire qu’il est trop difficile d’établir ses antécédents de crédit

« Vous pouvez trouver une maison qui vous plaît et même si vous avez les fonds pour la mise de fonds, vous devez avoir établi votre crédit au Canada pour vous qualifier à un prêt hypothécaire », explique Charles Waterman. Certaines institutions financières ne reconnaissent pas les rapports de solvabilité internationaux, ce qui peut rendre difficile pour les nouveaux arrivants l’obtention d’une carte de crédit à leur arrivée. Il y a toutefois des étapes que vous pouvez suivre pour établir vos antécédents de crédit au Canada. Démontrez votre fiabilité au plan financier en ouvrant un compte de banque au Canada et en l’utilisant régulièrement. Le fait de régler entièrement vos cartes de crédit de grands magasins, vos locations d’automobiles et vos autres petits prêts aide aussi à démontrer aux prêteurs votre capacité à effectuer des paiements réguliers.

Présumer qu’un prêt hypothécaire au Canada est inaccessible

« Les nouveaux arrivants peuvent se croire incapables d’obtenir un prêt hypothécaire parce qu’ils n’ont pas travaillé assez longtemps au Canada », raconte monsieur Waterman. Mais ce n’est pas toujours le cas. Selon une recherche menée par Genworth Canada, plus de la moitié des nouveaux arrivants sondés ont réussi à acheter une maison dans les trois années suivant leur arrivée au Canada. Si vous pouvez prouver que vous avez un emploi stable, que vous avez déménagé à cause d’une réaffectation ou que vous travaillez dans le même domaine que dans votre pays d’origine, vous pourriez être admissible à un prêt hypothécaire plus tôt que vous le croyez. Communiquez avec un spécialiste local en prêts hypothécaires pour discuter de vos options.

Réalisez plus tôt votre rêve d'accession à la propriété